AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire de Reeiya, par un vieux conteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Admin

Messages : 38
Points : 3181
Date d'inscription : 13/05/2010

MessageSujet: Histoire de Reeiya, par un vieux conteur    Mar 8 Juin - 17:00


« Il est dans la nature de l’Homme de franchir les règles que ses semblables ont créées, de chercher une forme nouvelle de liberté pour finir enfermé dans une nouvelle prison dorée, laquelle lui semble magnifique. Je vais t’avouer quelque chose… L’homme n’est pas animal à tirer une leçon de ses erreurs, ou peut-être est il un brin masochiste, qui sait…
L’être humain est incapable d’apprécier ce qui lui est donné. Il court après un idéal inconnu qu’il essaie de bâtir sans y parvenir, et ne sait faire dans la demi-mesure. Eternel insatisfait il opprime ses semblables, recherche le pouvoir et le plaisir, construit des bases qui deviennent prison, jusqu’à ce qu’en un cycle perpétuel certains s’en échappent, pour que tout recommence.
»


           
Paroles d'un conteur


Assied toi mon enfant, l’heure est aux histoires d’un temps révolu… Une époque si lointaine que les hommes en ont oublié l’existence, et que seuls quelques vieux esprits peuvent encore évoquer. Je fais partie de ceux-là, et comme eux je tiens ce que je sais de mes ancêtres, qui l’ont appris eux-mêmes de leurs ascendants. A vrai dire, je doute fort que la mémoire humaine soit suffisante pour remonter aussi loin.

Une ancienne légende raconte que bien des millénaires avant notre ère, un seul astre brillait sans faiblir, inondant les terres magnifiques de sa lumière tour à tour tendre ou agressive, subtile ou éclatante.
Mais un jour, son éclat s’atténua et il finit par s’éteindre complètement, laissant derrière lui deux enfants éplorés. Dès cet instant, ceux-ci décidèrent de succéder fièrement à leur père.
Ils se partagèrent donc le temps jusqu’alors immuable : le Soleil entama son règne flamboyant tandis que sa sœur, la Lune, baignait de sa lumière nacrée ce qui devint la nuit.
Des centaines, des milliers d’années durant ils s’éveillèrent et s’assoupirent, au rythme des jours qu’ils avaient ensemble créés. Condamnés à ne plus se voir, ils parvenaient parfois à voler quelques instants de complicité à l’aube, lorsque la Lune tardait à disparaître. Et peu à peu ils se complurent dans leur environnement, au fil des siècles qui passaient ils s’oublièrent, devinrent des étrangers l’un pour l’autre.
On raconte qu’ils finirent cependant par s’ennuyer, et qu’ils remarquèrent alors que la vie s’était développée sous leurs rayons. Faune, flore, créatures de toutes sortes régies par une hiérarchie naturelle vivait sur la terre devenue fertile.

Mais l’une de ses espèces, pourtant insignifiante d’un premier abord, semblait avoir le désir de s’affirmer… L’homme, qui était parvenue à développer un langage complexe, compensait sa faiblesse physique par un esprit inventif et créatif unique, et la découverte de ce qui fut par la suite nommé Alchimie. Tous ne pouvaient l’utiliser, mais ceux qui en avaient la capacité pourvoyaient aux besoins des autres, permettaient une vie facilitée.
De surcroit, il s’avéra que les hommes s’étaient rependus et que nombre d’entre eux adressaient d’inlassables prières à leur père Soleil, et aux multiples divinités qui s’étaient incarnées dans chaque chose. Autant dire que l’astre solaire en fut emplit de joie, et brûlant d’orgueil il contempla ses enfants traverser les âges.

Les choses auraient pu durer ainsi indéfiniment, mais comme dans toute histoire il arriva un temps de changement. Son origine en était on ne peut plus simple : pour leur expansion les humains n’hésitaient pas à supprimer ce qui les entravait, et année après année ils continuaient à louer le Soleil, à s’entourer de règles et de prières. Chose qui n’était pas exactement du goût de la Lune.
Celle-ci condamnait les protégés du jour pour leurs agissements envers ses propres enfants, des bêtes sauvages pour la plupart pourvues de crocs imposants qui à son image s’éveillaient lorsque le soleil disparaissait, et regagnaient la rassurante obscurité du sommeil au lever du jour. A vrai dire, elle était également emplie d’amertume envers le culte solaire, et de dédain envers son frère. Quel intérêt de vivre ainsi, sans surprise et protégé ?
Alors, dès l’instant où le jour s’estompait elle teinta l’horizon de promesses, appelant vers elle les mortels qui n’acceptaient plus qu’en façade le culte d’une étoile lointaine.

Et certains la rejoignirent.
Préférant le danger à l’ennui, un faste en leur honneur plutôt qu’en celui de divinités impalpables, nombreux furent ceux qui décidèrent d’abandonner leur vie diurne pour un monde aux mœurs certes impitoyables, mais tellement fantaisistes !
Tu connais leur nom n’est ce pas ? Les Nobles qui les premiers rejoignirent celle qu’ils nommèrent Séléné prirent le titre de Dissidents, et s’élevèrent à la tête des Noxems, identité qu’ils adoptèrent en hommage à la nuit qui les accueillait
Aujourd’hui encore la séparation subsiste, mais le plus étonnant dans tout ceci est qu’Emeriens et Noxems partagent leurs villes, parfois leurs rues. Une seule règle leur est commune : pas de mélange.
Entre nous, avouons qu’un certain nombre d’habitants de la nuit ne sont pas contre l’idée de nouveaux arrivants avides de découvertes, de péché ou de surprises, tout comme certains Noxems paraissent se lasser de leur incertaine vie nocturne, laquelle ne pardonne que rarement aux plus faibles. Mais officiellement chacun se doit de rester parmi les siens, condition diplomatique et intransigeante. Et puis il faut bien que les gens dorment… Le culte solaire impose la présence des fidèles à divers moments de la journée, et ce dès le lever du soleil. Sans compter que bâillements et cernes attisent la suspicion, ce qui empêche toute tentative de fraude.
Son choix alors fait, pas de retour en arrière possible, la vie de paria n’étant guère enviable. Il faut dire que la lune est rancunière, et le soleil n’accorde pas facilement la rédemption, qu’il faudra mériter.

Cependant je m’égare, car mon histoire n’est pas tout à fait finie…
Je l’achèverai donc par une simple question : et si une pierre, un tout petit caillou venait enrayer l’engrenage parfait du système de ces terres ? Dans un monde où les légendes et mystères font légion, que se passerait-il si les dernières rumeurs étaient vraies, concernant un étrange matériau qu’auraient créé les Alchimistes ? On dit qu’il permettrait à celui qui le porte de se défaire de tout besoin de sommeil durant des jours, et qu’ainsi son bénéficiaire pourrait défier le règlement…

Les murmures de la foule des deux peuples réunis se multiplient, et je tiens de source sûre que de nouveaux individus ont vu le jour. Sous les ordres de commanditaires inconnus, les Traqueurs délaisseraient la protection des abords de la ville pour débusquer les fraudeurs, afin que le jugement du Conseil des Priants leur soit rendu. On parle même de secrets étouffés concernant les ruines aussi anciennes que mystérieuses qui jonchent le continent…
Mais tout n’est peut-être que pure imagination, car on entend également dire qu’un véritable marché noir se serait développé concernant les pierres, et que des fauteurs de trouble se déplaceraient de villes en villes pour attiser la curiosité des populations, se faisant passer pour des marchands ambulants ou des conteurs. N’est-ce pas surprenant ? Et à la fois incroyablement divertissant ?

Des gens s’enhardissent, des Emeriens se lassent de leur bride et des Noxems aspirent à une vie moins dangereuse. Entre les feux des Artificiers et la danse des masques, la magie des Alchimistes et les secrets gardés par les hautes instances, les choses commencent à bouger.

Enfin ne tiens pas compte de ce que je t’ai dis, je ne suis après tout qu’un simple conteur…
Un conteur qui aime cette instabilité entre jour et nuit, entre chiens et loups.

Alors adieu mon ami, et que la bonne fortune guide ton chemin ~


Citation :
« Chacun se doit d’accepter les décisions de son prochain.
En ce sens, les habitants de Reeiya ont à choisir leur futur en toute connaissance de cause.
Le peuple gardant foi en ses Dieux lumineux et en la protection des Priants prend dès lors le nom d’Emerien. Les enfants égarés reniant nos Saints et nos croyances, ou partisans des nobles appelés Dissidents de par leurs manquements et leur attitude, deviennent des Noxems. »



Art. 5
Au vu des violences subies et des dangers nocturnes, il est strictement interdit à tout Emerien de quitter l’enceinte de sa ville de résidence en dehors des heures diurnes. Afin d’éviter tout contact entre Emeriens et Noxems il est, de plus, vivement conseillé de garder l’abri d’un bâtiment dit solaire dès l’instant ou les rayons des Très Hauts cessent d’éclairer la terre.

Art. 9
Tout Noxem soutenant la cause des Priants, ou œuvrant pour sa prospérité au détriment de ses semblables, s’expose à une peine conséquente.
Tout Emerien soutenant la cause des Dissidents, ou œuvrant pour sa prospérité au détriment de ses semblables, s’expose à une peine conséquente.

Art.12
Dans le cadre d’une paix durable, et d’une entente cordiale entre les deux peuples anciennement unique, les territoires deviennent, sauf exception, propriété Emerienne entre le lever et le couché du Soleil, et inversement terres Noxem sur toute la durée de la nuit.

Art. 13
Dans le cas d’une rencontre entre Noxem et Emerien, notamment due au crépuscule et à l’aurore (durée du jour étant variable au fil des saisons) il est interdit par les règles de chacun des deux partis de partager une discussion, ou toute autre activité induisant une complicité ou une entente dépassant la cordialité minimum, laquelle sera seulement tolérée. Les paroles violentes, induisant une critique de la condition de l’individu, ne seront également pas acceptées, et pourront être sanctionnées.
Cette motion concerne les individus des deux peuples.

Art. 21
Les fêtes traditionnelles auxquelles demeurent conviés les deux peuples, et durant lesquelles il est d’usage de porter un masque rendant impossible la distinction des traits du porteur, n’excluent pas le respect de l’Article 13. (Se référer aux normes concernant la régularisation des masques et costumes suivant l’appartenance ethnique.)
Des contrôles seront effectués pas les Templiers ou tout autre représentant de l’autorité, et tout manquement au règlement ou port d’un masque et/ou costume ne s’accordant pas aux normes établies sera sévèrement puni.


Extrait de l’Accord passé entre le Conseil des Priants et les familles principales des Dissidents, respectivement représentants des Emeriens et Noxems.
Lois toujours en vigueur à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestreeiya.1fr1.net
 

Histoire de Reeiya, par un vieux conteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Reeiya :: Players' zone :: Recueil de légendes-